Je me présente...
 
ACCUEIL
MES EXPOSTIONS
ARTICLES PRESSE
TECHNIQUE DU RAKU
ME CONTACTER
VIDEO
 
Totems / lampes / Grande pièces
Procédé de fabrication
Créations autres
 
Les RAKU de Colette MEYER kaltenhouse

Kayserberg avec Antoine Brellmann

Le jeu de l'art et du hasard

 


La belle alchimie entre peinture et céramique. (Photo DNA)

La salle de l'Arsenal à Kaysersberg accueille depuis samedi l'exposition conjointe du peintre Antoine Brellmann et de la céramiste Colette Meyer.

L'idée de faire cohabiter ces deux arts revient à Oriane Bloch, un des quatre membres de la jeune société franco-belge « Art Emotion » basée à Wickerschwihr, dont l'ambition est de sortir les oeuvres d'art des galeries.
 Le choix de la salle de l'Arsenal n'est pas anodin; il faut reconnaître que ses murs de pierre, ainsi que la lumière qui s'insinue au travers des vitraux en plein jour, contribuent à mettre les oeuvres des deux artistes en valeur.
 Antoine Brellmann a décidé de se lancer dans la peinture à l'âge de 18 ans. Durant dix ans, il cumulera les petits boulots en prenant bien soin de conserver assez d'espace pour exercer son art. Son acharnement a payé et aujourd'hui, il vit de son art, qu'il exerce dans son atelier de Riquewihr, et se dit même débordé de projets.
 Véritables concentrés d'énergie, ses toiles suggèrent des paysages qui, ciselés de traits impulsifs, mais jamais agressifs, en deviennent imaginaires. Sa raison de peindre, c'est de parsemer notre monde de touches de gaieté et d'évasion.

...et surtout ses majestueux totems...

  Quant à Colette Meyer, sa rencontre avec la technique de la céramique raku lors d'une exposition fut un coup de foudre. Vivant à Kaltenhouse où elle pratiquait la peinture, elle était novice dans ce domaine et dut tout d'abord prendre des cours de céramique traditionnelle avec Lily Kotrys, réputée dans le Bas-Rhin. Ayant acquis les bases, elle put se concentrer sur l'art très ancien du raku.
 Colette Meyer, après avoir vu s'éteindre plusieurs de ses pièces, a réussi à maîtriser les différents paramètres de ce procédé de cuisson. Mais ce qui fascine l'artiste dans cette technique, c'est moins la maîtrise que le résultat unique qui résulte de la phase d'oxydo-réduction qui consiste à recouvrir les pièces émaillées tout juste sorties du four de matières inflammables naturelles, ce qui permet aux craquelures dues à la cuisson de se révéler.
 L'artiste-céramiste présente des oeuvres soigneusement fignolées et toujours uniques, parmi elles, de nombreuses boîtes à secrets, des plats et surtout ses majestueux totems qu'elle s'est douloureusement résolue à exhiber, et plus difficilement encore à laisser filer...
 L'exposition a déjà séduit un vaste public, l'alchimie entre la céramique raku, la peinture de Brellmann et bien évidemment le lieu fonctionne donc.
 L'exposition se poursuit jusqu'au 8 octobre.

 

 

© Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 29 Septembre 2007. - Tous droits de reproduction réservés

Chemin terre et Lumière Betchdorf

Terre et lumière s'exposent

 


Bernard Mattes et ses peintures, Colette Meyer et ses céramiques : quand un frère et une soeur exposent ensemble... (Photo DNA)

Le musée de la Poterie de Betschdorf invite à la découverte de « Chemin de terre et de lumière », une exposition regroupant les séduisantes oeuvres de la céramiste Colette Meyer et du peintre Bernard Mattes.

Déjà lors du vernissage de l'exposition « Chemin de terre et de lumière », mercredi, au musée de la Poterie de Betschdorf, une superbe dualité s'est dégagée entre les céramiques de style raku de Colette Meyer et les peintures (des huiles ou du sous-verre) de Bernard Mattes. Cette complicité artistique se comprend mieux quand on sait qu'ils sont frère et soeur et que c'est leur première exposition en commun !  Colette Meyer a débuté dans la peinture à l'huile en 1995 avant de découvrir la céramique et surtout la technique du raku qui a achevé de la séduire. Depuis, elle s'est perfectionnée dans cet art où elle s'épanouit pleinement en réalisant des pièces uniques, aux formes généreuses et séduisantes, aux lignes sobres et épurées : « Quand je travaille la terre, j'oublie tout, explique-t-elle. J'aime toucher, caresser, pétrir, modeler, sculpter, puis donner vie à la terre. » Partant d'une idée de création, elle la laisse évoluer au fur et à mesure de son inspiration et le résultat est des plus attrayants quand on voit ces vases, coupes et autres créations uniques aux ravissantes teintes et reflets.  Bernard Mattes, lui, s'est lancé dans la peinture en 1982 avec des huiles appliquées au couteau. Ses tableaux étaient surtout des natures mortes, des fleurs et des paysages à la fois poétiques et impressionnistes. Mais son domaine de prédilection est la peinture sous verre, où autodidacte, il développe sa propre technique. Celle-ci consiste à réaliser une esquisse à la plume d'encre au verso du verre, sur laquelle il va appliquer un coloriage à la peinture d'huile. L'effet est remarquable et ses miniatures sont autant de paysages lumineux où chacun va trouver du « déjà vu » dans n'importe lequel de ces paysages croqués au gré des sorties du peintre.

Jusqu'au 28 juin. L'exposition « Chemin de terre et de lumière » est visible pendant les heures d'ouverture du musée de la Poterie, rue de Kuhlendorf à Betschdorf, du lundi au samedi de 10 h à 12 h et de 13 h à 18 h ainsi que le dimanche de 13 h à 18 h.

Exposition ART'HEIM Haguenau 2008

http://artheim2008.artblog.fr/6/


Art' Expo Marienthal

http://www.concordiamarienthal.com/artiste/artiste/photo


Première page   Page précédente  

Articles 6 à 9 sur 9


160860 visites